Heures d'ouverture: Lundi- Vendredi: 8:00 - 17:00
+41 (0)21 312 31 81

LA CATARACTE

La cataracte est l’opacification du cristallin, phénomène très lent qui se passe au cours de la vie. Du point de vue biologique, l’on sait que la cataracte résulte de l’activation d’une enzyme, la kynurénineamino-transférase. Cette enzyme dont l’induction s’effectue vers l’âge de 20 à 23 ans chez l’homme va oxyder le cristallin et entraîner une diffraction croissante de la lumière responsable d’un éblouissement. Certaines conséquences de cette diffraction sont bien connues de chacun d’entre nous, telles les difficultés de la conduite nocturne sous la pluie dès l’âge d’environ 35 ans et l’éblouissement.

La vitesse d’évolution naturelle de la cataracte peut être accélérée par l’utilisation de certains toxiques comme le tabac ou l’abus d’autres produits comme l’alcool. Elle peut également progresser plus rapidement lors de certaines maladies telles que le diabète ou l’hypertension artérielle ou lors de carences alimentaires importantes. Bien qu’une alimentation saine, l’usage raisonnable d’antioxydants et une bonne protection contre les ultra-violets ralentissent probablement la vitesse d’évolution de la cataracte, les travaux scientifiques indépendants manquent pour l’affirmer.

Lorsque que le patient est suffisamment gêné par la cataracte, le traitement consiste à remplacer le cristallin naturel trouble par un cristallin artificiel constitué d’un matériau synthétique. Cette opération chirurgicale très délicate et sophistiquée doit être effectuée en salle d’opération dans des conditions stériles et à l’aide d’un microscope. L’opération est effectuée ambulatoirement sous anesthésie topique, c’est-à-dire sans piqûre, elle est habituellement indolore et le patient reste éveillé durant toute l’intervention. Le patient quitte le centre chirurgical dans l’heure qui suit l’opération et revient en contrôle au cabinet médical.

Le cristallin naturel jeune est une lentille optique de puissance variable. Lorsqu’on le remplace, l’on a le choix entre une lentille à valeur unique, dite monofocale, à valeur multiple dite multifocale ou à valeur variable, dite accommodative.

Une lentille monofocale permet de corriger la vue pour une distance donnée. L’on peut donc corriger la vue pour voir net de loin ou net de près. L’on peut également choisir une lentille pour voir de loin pour un oeil et pour voir de près pour l’autre oeil. Dans ce cas il faudra s’assurer que la différence entre les deux yeux ne soit pas supérieure à 1,75 dioptries. Si cela est respecté, dans la majorité des cas, le cerveau sera capable de fusionner les deux images et de continuer à voir le relief. Le patient pourra ainsi se passer de lunettes dans la vie courante.

Appeler
Itinéraire